Avis ! Il est déjà l’heure de s’attaquer à son DSE !

Oui mais le DSE, c’est quoi ? C’est le Dossier Social Étudiant, c’est en fait la procédure qui permet de demander une bourse sur critères sociaux auprès du CROUS, ou bien un logement en Cité U.
Une demande pour la rentrée scolaire de Septembre 2013 se fait dès à présent, et jusqu’au 30 avril 2013.

Les Bourses sur critère sociaux, comment ça marche ?
Lire la suite →

En toutes lettres, c’est la Fédération Campus Basse-Normandie. C’est une association qui a pour but de fédérer les autres associations de l’Université de Caen Basse-Normandie. Concrètement, c’est l’asso qui lie entres elles 10 corpos de l’UCBN, avec entres autres les corpos pharma, médecine, ortho, inf’, kiné Alençon, éco, psycho, IUT d’Ifs, sciences et langues vivantes.
C’est donc l’organe de coordination entre toutes ces assos, ce qui nous permet de monter des listes communes pour les élections (Conseils centraux et CROUS).
Ces listes communes permettent donc d’avoir des élus étudiants qui vous représentent :
– au conseil d’administration (CA), qui s’intéressent au problématiques générales de la faculté, les questions de budget, d’administration… Chez nous c’est Géo qui y siège
– au conseil des études et de la vie universitaire (CEVU), qui traite les questions d’éducations et qui est le lieu où se votent les propositions des conseils d’UFR. Victor et Henri y siègent
– au conseil du CROUS, qui traite les problématiques des RU, des cités U, des bourses… Antoine Géry de l’ASMEPC est candidat CROUS. Aura t’il un siège ? Peut être, si vous vous mobilisez assez le 29 novembre…!

La fédé a également d’autres missions, de santé publique par exemple, via sa commission PCS (Prévention Citoyenneté Solidarité). De fait, la fédé tiendra des stands en centre ville pour le téléthon.
Elle a également repris, cette année, la succession de Radio Phoenix dans l’organisation du … CARNAVAL ! En effet, Radio Phoenix a estimé ne plus avoir le temps ni les moyens de s’occuper d’un tel événement, et nous a donc passé le relais. Mais c’est sur que sans élus, ce sera plus dur de faire un beau carnaval, si vous voyez ce que je veux dire…!

Un point important à relever, est que la fédé a pour ligne de conduite :
– être apartisane, c’est-à-dire indépendante des partis politiques et des syndicats, en ce sens où nous estimons que des étudiants associatifs indépendants sont les plus habilités à parler des problématiques des étudiants, bien plus que ne le pourraient des partis/syndicats, depuis leurs bureaux à Paris… Nous, on parle de choses qu’on connait !
– être aconfessionnelle, c’est-à-dire de représenter tous les étudiants, athées comme croyants, et sans distinction de religion.

La fédé campus BN, comme environ 25 autres fédérations de ville, est adhérente à la FAGE (Fédération des Associations Générales Étudiantes), qui permet de mutualiser les problématiques, les solutions, les initiatives… de chaque fédé, et de permettre à tout le monde d’avancer.

Bouge ta crêpe… C’est quoi ça ? C’est un concept qui nous viens d’Amiens et qu’on a voulu mettre à la sauce Caennaise…!

Bouge ta crêpe, c’est la fédé qui vient te sortir de ta chambre ! Occasionnellement, la fédé se rend dans les cités U et invite les résidents à venir bouger leur crêpe. Comprenez, les membres actifs de la Fédé Campus BN viennent offrir des crêpes aux résidents des cités U : c’est l’occasion pour nous de venir nous présenter et rencontrer les étudiants.

C’est convivial, c’est bonne ambiance, et c’est le moment de faire remonter les problématiques liées à la cité U…! Car la fédé est là pour coordonner le travail des élus étudiants associatifs et indépendants, qui siègent dans les différents conseils dont le conseil du CROUS de Basse-Normandie… Et ont leur mot à dire !

La prochaine : Mercredi 14 Novembre, à Grémillon !
On compte sur vous !

Ah la PACES… Réussira-t-on à en sortir un jour ? Peut-être, peut-être pas, il n’empêche qu’aujourd’hui, l’ANEPF (Association Nationale des Étudiants en Pharmacie de France) se bat corps et âme pour faire prendre conscience aux instances décisionnelles telles que le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MESR) de l’ampleur des dégâts. Il y’a un mois environ, l’ANEPF a envoyé au MESR un communiqué, pour rappeler l’urgence qu’il est d’arrêter de sacrifier des générations d’étudiants. En premier lieu un bref résumé pour les feignants et les pressés, et le communiqué à la suite, dans son intégralité.

Le communiqué en résumé :

En premier lieu, rappelons ce que nous avions déjà constaté à la fin de la toute première année de PACES : une baisse des résultats pour les admissions des étudiants en PACES dans la filière Pharmacie, un désintérêt pour la filière (choix par défaut, souvent le dernier choix derrière Médecine, Odontologie et Maïeutique), un système inadapté (admission en Pharma avec un 0 en UE spé pharmacie, système de QCM ne sélectionnant pas les meilleurs mais juste les « stratèges »), une année de formation passée à la trappe (des tas d’enseignements dédié uniquement à la sélection et non à la formation…). La PACES avait dès sa mise en place été dénoncée par l’ANEPF, et dès le mois d’avril 2011, lors de l’Assemblée Générale de l’ANEPF tenue à Caen, les corpos avaient voté le retrait de la filière Pharmacie du système PACES (vote s’inscrivant dans la continuité des demandes de l’ANEPF).
Ce qu’on peut aujourd’hui affirmer, après étude des résultats en L2 pharmacie, c’est que le taux d’échec est tout aussi accablant (pas difficile de faire la corrélation… Contrairement à ce que certains peuvent dire, non, ça n’est pas parce que « les étudiants ne veulent plus travailler »…)
Les chiffres parlent d’eux-même : 80% d’étudiants en L2 aux rattrapage (voire plus dans certaines facs…) et 20% de redoublements en moyenne… Coïncidence? Hm, difficile à croire.
L’ANEPF et ses administrateurs (les corpos) sont bien conscients du fait que nos études étaient inchangées depuis de nombreuses années et qu’il y a un besoin de remise à jour. Mais la PACES est loin d’être la solution, même son « créateur » n’en est pas satisfait… À l’heure de la loi HPST et des nouvelles missions du Pharmacien, il est temps que ceux qui en ont la capacité prennent les choses en main pour sauver la formation au diplôme de Docteur en Pharmacie, afin que les futurs professionnels que nous sommes puisse trouver sereinement leur place dans le parcours de soins du patient.

Bon ok, comme résumé il y’a plus succinct, mais il paraît que le thème en vaut un minimum la peine…

Et voici comme promis, le communiqué de presse sur la PACES dans sont intégralité.

Lire la suite →