Quelles sont les 7 innovations clés pour ma santé… demain ? Médicaments homéopathiques : quelle place ont-ils en France ? Les cellules souches sont-elles
indispensables au progrès thérapeutique ? Trouvera-t-on bientôt un traitement contre la maladie d’Alzheimer?

Le LEEM (Les Entreprises du Médicaments) propose un document de 100 questions / 100 réponses sur le médicament et fait le point sur les recherches au service du progrès thérapeutique. Ce guide permet de répondre à de nombreuses questions que se pose le grand public (et nous :)) en se basant sur des données concrètes.

Consulter le PDF sur le site du LEEM (Lien en bas de page)

Source : LEEM

Qui va voir ses mails @etu.unicaen.fr ? Pas grand monde ! La fac a pourtant décidé d’essayer de communiquer plus avec nous en utilisant cette adresse. (Et pour les P3 cela vous permettra de recevoir votre convocation pour le CLES). Vous pouvez consulter vos mails directement à partir du site unicaen (directement ici), mais il est beaucoup plus pratique de rédiriger ces emails vers votre boite mail habituelle.
Voilà comment faire :
  1. Accédez directement à votre « Espace numérique étudiant » en cliquant ici.
  2. Identifiez-vous grâce à votre numéro d’étudiant et de votre mot de passe.

    Si vous ne connaissez pas votre mot de passe et que vous ne l’avez jamais changé, il est inscrit sur un des coupons que vous recevez avec votre carte d’étudiant en début d’année.
  3. Dans Créer une redirection, entrez votre adresse mail habituelle.
  4. Puis cliquez sur Ajouter cette redirection puis Valider les modifications.

Voilà c’est terminé !


On vous parlait il y a quelques jours de la contrefaçon du médicament, le laboratoire Lily France a décidé de communiquer sur ce thème à travers une vidéo sur le ton de la dérision et du deuxième degré. Cette vidéo met en scène un « french nabab » petit escroc qui a lancé son business de production et d’expédition de médicaments contrefaits.

Une vidéo très « La Vérité si je mens » version fabrication de médicaments crapuleuse met en avant les risques des médicaments contrefaits, et rappel que l’achat de médicaments ne doit se faire que dans les pharmacies et pas sur internet.

Source : Supergélule

Définition :

Un médicament est considéré comme contrefait si son conditionnement est modifié, si le PA est vrai mais ne respecte pas le dosage prévu, si le PA est inexistant ou si ce dernier et le conditionnement sont faux.

Les principales zones touchées par la contrefaçons sont l’Amérique du Sud, l’Inde, l’Afrique, le Mexique ainsi que la Russie. En Europe, l’Allemagne et le Royaume Uni connaissent également quelques problèmes avec ce sujet.

Actualité :
Cette année le trafic de médicament devrait représenter environ 75 milliards de Dollars contre 42 l’année dernière, en effet les sommes en jeu et le peu de peine encouru encouragent les trafiquants de drogue à se tourner vers le médicament. La contrefaçon concerne plus de 800 produits et touche plus particulièrement les antibiotiques.

Depuis le début de l’année le nombre d’incidents répertoriés s’élève à 2003, certain aboutissant à la mort de la personne intoxiquée.
26000 boites de Plavix contrefaites et importées au Royaume Uni ont été découverte puis retiré du marché cette année. Celle ci étaient divisées en deux lots, l’un ne contenant aucun PA et l’autre étant sous dosé (29 mg contre 75 normalement). Ces boites comportaient les mêmes numéros de série que certains produits Français. Cette méthode est utilisé par les trafiquants pour faire croire que ces produit proviennent de France.

Que faire ?
Il est très difficile de différencier un original d’un produit copié. Le plus souvent le conditionnement et les blisters sont identiques au vrai. Seule la colle utilisé par les trafiquants se révèle être différente, elle laisse une trace jaune sur la boite alors que celle des industriels est incolore.

Le devoir du pharmacien est de signaler à l’AFSSAPS toute découverte de produit contrefait ou suspect. Pour l’instant aucun cas n’a été répertorié en France mais avec la possible apparition des ventes de médicament par internet et les sites de ventes étrangers déjà existant, la plus grande vigilance reste recommandée.

Quels sont les moyens mis en oeuvre par les industriel pour lutter contre ce problème ?

  • Un marquage par une puce, de chaque boite.
  • Un hologramme
  • Utilisation d’encre à réflexion variable
  • Un code barre (Datamatrix) : chaque boite serais unique et identifiable sur le lieu de vente.

L’objectif est donc de créer un produit inviolable et identifiable à tout instant.

Note :
Le marché Français est pour l’instant exempt de toute contrefaçons et ceci par ce que la chaine de conception, de distribution et de vente du médicament et totalement encadré par le pharmacien. Dans l’avenir l’évolution des textes pourrait cependant mettre en péril cette sécurité et abaisser notre situation à celle de nos voisins européens. Un argument à ne pas négliger.

Thibault Guirado (VP polycopie) UFR Pharmacie de Caen
Compte rendu atelier : La contrefaçon (Sanofi-Aventis)
Congrès Bordeaux 2010